Ca casse des briques

Après un record chronométré de casse de tuiles, le club d’arts martiaux Budo Kei a tenté un nouvel exploit sur des blocs de béton cellulaires et des plaques de marbre
Décidément, le club local d’art martiaux et son président Thierry Roth ont le goût du défi ! Après le record de Musa Cavusoglu qui a cassé 199 tuiles en 16 secondes, deux de ses amis ont eux aussi tenté un record au gymnase municipal. Hasan Karakus, président du club taekwondo, Sin moo kwan de Folschviller, 20 ans de pratique, avait devant lui une pile de 16 plaques de marbre épaisses de 2 cm et espacées de 2 cm, soit 2 plaques de plus que le record actuel. Après un temps de concentration et de profondes respirations, il a ajusté son coup, faisant aller et venir le tranchant de sa main droite sur la pile simplement recouverte d’un linge afin d’éviter les éclats tranchants.

Dans la salle, pas de musique, pas de commentaires, pas d’encouragements : le silence total. Les spectateurs ont retenu leur respiration et leurs applaudissements. À l’instant qu’il avait choisi, ayant rassemblé toute son énergie, il a frappé. Un coup d’une grande puissance, toutefois insuffisant pour pulvériser l’empilement. L’émotion passée, les applaudissements se sont déchaînés et maître Christian Egloff, huissier de justice ayant contrôlé le marbre et son installation avant l’épreuve, a constaté les dégâts : 9 plaques cassées sur 16. Donc loin du record mais un bel exploit tout de même et pas une égratignure !

Du marbre au béton
Peu après, ce fut au tour de son collègue, Rabah Chekal, de rejoindre une impressionnante pile d’1,70 m, constituée de 18 blocs de béton cellulaire de 7 cm d’épaisseur, espacés de 2,5 cm. Un de plus que le record.

Pour frapper, il fallait prendre de la hauteur et un « mouton » ajustable a été installé. Le sportif l’a modifié à plusieurs reprises avant de trouver le bon réglage qui lui a permis de développer toute la puissance de son bras pour un coup porté avec la partie de la main située entre paume et poignet.

Une fois en position, même concentration, mêmes exercices respiratoires puis dans un silence quasi religieux, place à la frappe. Puissante mais pas autant qu’espérée. L’huissier a compté 7 blocs cassés sur 18.

En coulisse, Rabah, ceinture noire 2e dan et entraîneur à Folschviller et Ham, a confié s’entraîner pourtant depuis six mois en étant parvenu à pulvériser 14 blocs.

À noter que les essais ne peuvent pas être trop fréquents en raison du coût des matériaux.

Mais Rabah compte bien retenter l’exploit. D’ailleurs, le président Roth envisage de présenter une tentative de casse avec 4 sportifs et 4 matériaux : tuile, pierre, béton cellulaire et bois, sous la forme de show.

Et, avant de brûler les planches, le 4e comparse s’entraîne déjà à les briser.

Laissez nous un Commentaire

Votre email ne sera jamais publié ou partagé. Veuillez remplir les champs (Obligatoire)

*

Evénements à venir

TAEKWONDO de FOLSCHVILLER
Centre Marcel Martin
Rue Usson du Poitou 57730 FOLSCHVILLER

Infoline: 06 84 24 68 88

Lire les articles précédents :
RL08_06_2010
Six médailles

L’Open International qui s’est déroulé à Ham-sous-Varsberg le dimanche 30 mai, organisé par le Sin Moo Kwan de Folschviller et...

Fermer